La vente en ligne est en pause pour la saison hivernale mais vous pouvez toujours commander vos produits par mail : contact@ecojuntos.com

Enquête sur la "Fast fashion"


En l'espace de 15 ans, la consommation occidentale de vêtements a doublé, alors que nous les conservons deux fois moins longtemps. En effet, l'industrie vestimentaire a investi sur le renouvellement très rapide des vêtements proposés à la vente, plusieurs fois par saison, voire plusieurs fois par mois. Les vêtements sont produits dans des séries relativement petites et les stocks sont très peu renouvelés. Ces vêtements sont ainsi destinés à être portés pendant une courte période de temps, de qualité inférieure et à être vendus à un coût suffisamment bas pour que la clientèle soit fortement incitée à renouveler très fréquemment sa garde-robe. Cette « Fast Fashion » ou mode éphémère accélère avec les arrivages de vêtements industrialisés neufs bas de gamme à très bas prix en provenance de Chine…Le capitalisme à outrance nous a conduits à une société de consommation massive du jetable !

Sur les 5 millions de tonnes mises sur le marché, près de 4 millions de tonnes de textiles, neufs ou usagés, sont jetés en Europe chaque année ! Certaines enseignes brûlent leurs invendus. Ils veulent préserver leur marché et leur image de marque et ne veulent pas donner leurs produits… De plus, au cours d’un transport de marchandise, en cas de tout préjudice matériel affectant l’envoi, les assurances exigent des commerçants une attestation de destruction des stocks abîmés et invendables pour le remboursement de ces derniers. Or d’autres solutions existent, la donation ou même la vente à un coût beaucoup plus accessible aux personnes qui sont en situation de précarité.

Les conséquences de ce système insensé ?

Sans compter le gaspillage des matières premières, leurs transformation pour arriver jusqu’au fil, la confection du tissu, des vêtements, avec prise en compte du transport entre chaque étape et la distribution jusqu’au lieu de vente,  les conséquences de cette production et consommation irresponsables sont draconiennes pour notre écosystème. Nos décharges sont submergées … 

Enquête sur la fast fashion-EcojuntosEnquête sur la fast fashion-Ecojuntos

Pour la disparition, des matières plastiques, polystyrènes et autres matières synthétiques assimilées (dont les tissus synthétiques des vêtements et maillots de bain), il faut compter entre 100 à 1.000 ans. Les objets métalliques peuvent disparaître en quelques dizaines d’années (tout dépend du métal utilisé).  Les objets en verre sont pratiquement inaltérables… de plus, les feux de décharges, accidentels ou criminels, sont saisonniers et courants. Ils émettent des polluants mal connus et généralement non comptabilisés (comme ceux des feux de forêts) par les cadastres et inventaires de pollutions. Les déchets ménagers sont assez riches en produits contenant du chlore (PVC notamment) pour émettre en brûlant des dioxines et furanes en quantité importantes (environ 10 fois plus qu'un feu de broussaille ou de sous-bois forestier). La diminution et la bonne gestion des déchets est donc cruciale pour l’environnement.

Face à ce problème des solutions existent mais sont encore limitées car nous devons changer notre mode de consommation et cela à contre-marée des campagnes publicitaires et du lobbying de la « fast fashion ».

Nous vous invitons à consommer moins et mieux, éviter de jeter mais plutôt de donner une seconde vie à vos vêtements et objets, favoriser des produits recyclés et/ou biodégradables.